Flirt avec la frontiere de l'Azerbaidjan

Le lendemain du festival, nous nous faisons reveiller par le soleil. Le temps de ranger les tentes et le barda, et nous voila parti en quete d'une marshrutka pour rejoindre Telavi, la ville la plus proche. Finalement, comme on est 6, ca revient moins cher de prendre un taxi. On s'entasse dans une vielle Volga, on met les sacs sur le toit et c'est parti!

Valerie, Jacob, Petra et moi
Valerie, Jacob, Petra et moi

Ben et Dan doivent rentrer sur Tbilissi, et nous nous retrouvons finalement a 4 a partir dans la reserve naturelle de Lagodekhi : Valerie, francaise, Petra, hongroise et Jacob un americain. Apres quelques heures de route et chemin, nous arrivons a destination, a quelques kilometres de la frontiere russe et de l'Azerbaidjan. Apres quelques courses dans le village, nous partons randonner dans la reserve avant de poser notre tente dans un coin qui nous plait : assez plat, pas loin de la riviere et du bois pour faire un feu. La soiree se passera autour du feu avec des legumes grilles et du vin georgien.

A la recherche d'un coin ou poser la tente
A la recherche d'un coin ou poser la tente
Hmm, un bon feu de camp
Hmm, un bon feu de camp
Toilette du matin dans la riviere, ca reveille!
Toilette du matin dans la riviere, ca reveille!

Le lendemain matin, nous avons decide de faire la randonnee qui mene aux cascades mais comme nous prevoyons de dormir a la meme place le soir, nous demontons la tente et camouflons les sacs. La balade est plutot agreable dans la foret qui ressemble plutot a une jungle tellement la vegetation est abondante!

Pause casse-croute
Pause casse-croute
La cascade!
La cascade!

Valerie qui a des lecons de russe le lendemain doit rentrer sur Tbilissi. Je reste me balader avec Petra et Jacob retourne au village avec Valerie et a pour mission de faire les courses par la meme occasion. On est donc plus que 3, mais on se marre, Jacob est vraiment un gars extra avec lequel je m'eclate bien! Il est journaliste et realise des reportages pour une radio americaine et quelques journaux. Il a aussi trouve un boulot en freelance qui lui prend une journee par mois et lui permet de voyager tranquillement! La soiree autour du feu a faire des chachliks (brochettes) est vraiment memorable, on s'est bien marre et regale!

Le lendemain, on decide d'aller voir une autre partie du parc, nous revenons au village et prenons un taxi pour nous amener a 500m de la frontiere avec l'Azerbaidjan wink Apres 4 ou 5 heures a longer la frontiere, nous arrivons a notre but, une vieille fortresse plus ou moins en ruine qui surplombe la frontiere. Bien sur, etant dans une reserve, il est interdit de planter la tente en dehors des espaces reserves, mais c'est tentant, alors on le fait! Bon, maintenant faut pas se faire choper par les gardes forestiers et les douaniers! L'endroit est bien couvert dans la foret, en hauteur smile Nous installons le camp juste a cote de l'eglise, la nuit avec les flammes du feu de camp qui dansent sur le mur, ca donne une ambiance assez terrifiante mais interessante!

Traversee de riviere
Traversee de riviere
Dans la jungle
Dans la jungle
Le feu et l'eglise derriere
Le feu et l'eglise derriere

Le lendemain, dernier jour de notre escapade, nous redescendons au village, s'arretons manger dans un restaurant. Nous commandons un repas et a boire : 1/2 litre de vin. Le plus marrant, c'est que le vin est servi dans une chope de biere, c'est assez surprenant a boire, mais apres un mois en Georgie, plus rien ne peut nous arreter! smile Puis pour digerer, nous prenons une glace aupres d'un vendeur ambulant sur sa petite moto. Le retour vers Tbilissi se passera sans encombre, nous dormirons, surement un melange de fatigue et de vin...

Chope de vin
Chope de vin
Vendeur de glaces
Vendeur de glaces

1 commentaire

  • gravatar

    Bernard

    • Le 09 Juillet 2009

    Super compte-rendu !!!!

    On s'y croirait !!

    Bonne suite !


Laisser un commentaire

Vous pouvez réagir à cet article en remplissant les champs ci-dessous. Votre adresse email ne sera pas visible et ne servira qu'à prendre contact avec vous éventuellement.

Le voyage pour moi, ce n'est pas arriver, c'est partir. C'est l'imprévu de la prochaine escale, c'est le désir jamais comblé de connaître sans cesse autre chose, c'est demain, éternellement demain.

Roland Dorgelès
Textes et photos sous licence CC BY-SA 4.0 License CC BU-SA 4.0