• Quand ?
    18 et 19 octobre 2008
  • Qui ?
    Ju
    Steph
    Claudie
    Justine
    David
  • Quoi ?
    Randonnée
  • Combien ?
    15 €
  • Où ?
    Dans le Vercors, vers Gresse-en-Vercors
  • Suite à notre dernier échec de bivouac en tente le 14 juillet pour cause de mauvais temps, nous remettons ça avec Ju' et Steph pour le weekend du 18 octobre. Claudie et sa copine Justine sont de la partie.

    Préparatifs

    Pire que des gamins à la fin des cours, nous traçons sur Grenoble avec Ju' et Steph à peine la journée de boulot finie. On passe la soirée chez ses potes qui sont dans une colloc'. Y'avait Matt, Yan et ses parents. La soirée a été bien sympa, on a fini (après avoir longtemps bataillé pour faire marcher toutes les manettes) par quelques parties de Mashed, un jeu de bagnoles. Bon, j'étais plutôt à coté de mes pompes. Là dessus, on s'est couché vers 1 heure du mat' et réveillés vers 8h30 car Claudie et Justine nous rejoignaient vers 9h30. Un p'tit tour chez ED faire les courses et nous voilà en route pour Gresse en Vercors.

    Samedi, les crêtes

    crete.jpg

    La voiture posée sur le parking, nous entamons la randonnée vers 11h15. En pasasant à côté d'une maison, on se fait alpaguer par une dame du http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrecommunald'action_sociale|CCAS du village qui nous vend une brioche. Le début de la rando est un peu merdique, on suit un circuit GPS récupéré sur le net, mais ça doit être un bourrin qui l'a fait car ça commence par la grimpée d'une colline super raide, sans chemin. Vu que le terrain est bien gras, on fait demi-tour et on rattrape un peu plus loin la trace qui cette fois-ci est un vrai sentier de rando. Et d'ailleurs, ça grimpe dur, mais c'est plutôt bien sympa sous les bois. On finit par déboucher pas loin d'une remontée mécanique. On se pose vers 13h00 pour manger un bout (paté, saucisson). La randonnée se poursuit par un magnifique passage en crête (crêtes des Alleyrons), une redescente vers la barraque des sources de la Gresse et puis vient la montée au pas de la Ville. Là haut, nous attend une sympathique bête peu sauvage. En effet, un bouquetin broute paisiblement de l'herbe et nous pouvons nous en approcher assez pour faire quelques photos sympa et apprécier l'animal. Bouquetin ou chamois ? Vu nos maigres connaissances, difficile à dire. Après quelques photos, nous décidons de tracer en bas vers une cabane voir ce qu'elle vaut et si nous passons la nuit dans le coin ou pas. La cabane est en fait habitée par deux chasseurs qui viennent de tuer un chamois. La bestiole vidée est pendue par les pattes arrières pendant que le chien se régale des viscères de l'animal (je vous passe les détails). Les chasseurs nous expliquent ensuite que l'on a du voir un bouquetin, l'animal étant peu sauvage. Nous plantons ensuite les tentes un peu plus loin dans un coin idéal découvert par Steph' et Ju. La soirée se passe autour d'un feu de camp bien agréable avec un repas composé d'une sorte de purée de pates dont seul Julien a le secret, le tout arrosé de vin rouge. Petite discussion sur le programme du lendemain : montée au grand Veymont ou passage sur les crêtes, on verra bien. Puis tout le monde va se coucher et passer une plus ou moins agréable nuit.

    Dimanche, les crêpes

    bouquetin.jpg

    Le matin, le réveil ne se fait pas très tôt, vers 10h00. Les filles ont mal dormi et ont eu froid toute la nuit. Sans matelas, je veux bien les croire, j'ai eu froid aux pieds (j'ai un matelas 3/4). D'ailleurs, mon prochain achat, ça va être un bout de matelas mousse pour mes petons. Après un bon ptit dej' (thé menthe, biscuits Prince, lait concentré), les tentes mouillées sont repliées et les sacs prêts vers 11h00. Nous faisons un saut à la fontaine de la Chaux remplir les gourdes et j'en profite pour faire une cache de geocaching que Julien trouvera en premier. Nous remontons au pas de la Ville, il y a déjà beaucoup plus de monde qu'hier. Le grand Veymont a la tête dans les nuages, la question ne se pose plus trop, on se dirige vers les crêtes en contournant d'abord Pierre Blanche (2106 m) car l'ascension est plutôt raide. On se fera quand même Roche Rousse (2105 m) où nous retrouvons de nouveau un bouquetin. Avant le rocher de Séguret (2051 m), nous faisons la pause repas, il est pas loin de 14h30. Claudie se renseigne sur notre position sur les "crêpes" (ça doit être son estomac qui parle), nous avons fait les 2/3. Après la montée au rocher de Séguret, la redescente au pas de la Berrièves sera assez cassante pour les genoux. Il est pas loin de 16h00, nous continuons le retour vers la voiture. Les jambes commencent à être fatiguées, les sacs sont lourds et les genoux ont déjà bien morflés, le groupe s'étire. Nous faisons des pauses régulières pour attendre tout le monde et évite qu'on se perde car il y a pas mal de "hors-piste" pour retrouver la voiture. Il est pas loin de 18h00 quand nous atteignons le but final et tout le monde est content de pouvoir poser le sac et enfin défaire les chaussures! Le retour vers Grenoble se fera avec un CD de Goa. Nous laissons Justine et Claudie rentrer sur Lyon et nous passons dire bonjour aux collocs'. Récupération de quelques affaires et nous prenons la route de Lyon où nous doublerons Claudie avant de récupérer l'A43.

    En résumé, ce fût un excellent weekend qui a permis une bonne coupure. Mon seul regret, c'est qu'en arrivant chez moi, j'ai reçu mon réchaud à bois... dommage, je l'aurai bien essayé! Je sens que je vais repartir très bientôt smile

    Naturellement, les voyages autour du monde ne sont pas aussi agréables qu'ils le paraissent. C'est seulement quand vous avez fui toute cette horreur et toute cette chaleur que vous en oubliez les désagréments et que vous vous souvenez des scènes étranges que vous avez vues

    Jack Kerouac
    Textes et photos sous licence CC BY-SA 4.0 License CC BU-SA 4.0