Mestia, capitale de la Svanetie

Deux jours apres etre rentres a Tbilissi, Jose et moi preparons notre prochaine expedition : la Svanetie. Uri, l'israelien rencontre quelques jours plus tot a Kazbegi se joint a nous. La Svanetie est considere comme la région habitée la plus élevée d'Europe mais c'est aussi un endroit tres recule, coince entre l'Abkhazie, l'Ossetie du sud et la Russie. C'est a dire, des endroits ou les relations sont assez tendues, cf la guerre entre la Georgie et la Russie en aout dernier. Cette region est tellement difficile d'acces qu'en fait, elle n'a pas trop subi le joug de l'URSS et continue toujours a vivre a son rythme. Pour arriver a Mestia, la capitale, nous prenons un train de nuit jusqu'a Zugdidi (10 heures de train) puis nous enchainons avec une marshrutka sur une route qui varie du bitume a la terre suivant l'humeur et la motivation des personnes responsables de l'entretien des routes.

mestia1.jpg

Apres 6 heures de trajet en marshrutka, nous arrivons enfin a Mestia. Nous posons nos sacs dans une maison d'hote et partons en vadrouille dans le village. La region est connue pour ses tours, chaque famille a une ou plusieurs tours car il etait courant de se faire la guerre entre familles. Quelques annees avant, c'etait encore une region dirigee par des chefs de bandes ou le crime organise etait et ou regnait la loi du plus fort mais ca s'est calme maintenant.

mestia3.jpg
mestia6.jpg
mestia4.jpg

Nous rencontrons un gars qui nous fait signe de venir chez lui. Apres quelques verres de chacha, l'eau de vie maison que tout georgien distille. Ca chatouille le gosier puis ca brule l'oesophage puis les yeux finissent par pleurer. L'astuce c'est de manger ou boire un truc dans la foulee. Apres quelques verres, on finit par (ou plutot on croit) se comprendre et il nous emmene en haut d'une tour pour admirer la vue sur la ville. Il nous invite le lendemain a venir prendre le ptit dej chez lui. Nous nous presentons chez lui a 8 heures comme il nous demande mais il est tres occupe, en effet, il y a une fete de famille (on a pas compris laquelle) et les hommes vont sacrifier un veau. Je vous passe les details. Puis apres le depecage de la bete, il nous demande de quitter la maison car la fete est reserve aux membres de la famille.

mestia2.jpg
mestia5.jpg

Dans la rue, nous retrouvons Christian un allemand, Olia une ukrainienne et Sepo un finlandais, rencontres la veille dans la marshrutka nous emmenant a Mestia. Ils vont faire une balade en direction de la frontiere russe (qui est fermee) et nous propose de les accompagner. A la sortie de la ville, nous nous passons devant un poste de police. Apres quelques discussions avec le chef de poste qui nous a stoppe, nous devons absolument etre accompagne d'un policier (et oui, la region n'est pas encore tres sure). Apres 100m, nous passons devant le poste des gardes frontieres qui controlent nos passeports et nous signalent qu'on ne peut pas aller plus loin que 2 kms car des exercices sont en cours. Apres avoir marche jusqu'a la distance annonce, le policier nous accompagnant nous fait signe de s'arreter et de faire demi-tour. Nous profitons d'un arret pour faire quelques photos et le policier nous prete son arme (en aillant virer le chargeur avant). wink

mestia7.jpg

Au retour dans Mestia, nous decidons de nous enfoncer encore plus en Svanetie, pour aller dans le village d'Ushguli. Grace a l'aide d'Olia qui parle russe, nous apprenons qu'une marshrukta quitte Mestia pour Ushguli le soir meme. Ce trajet sera vraiment epique, je vous le raconterai la prochaine fois avec photo a l'appui! wink

Laisser un commentaire

Vous pouvez réagir à cet article en remplissant les champs ci-dessous. Votre adresse email ne sera pas visible et ne servira qu'à prendre contact avec vous éventuellement.

Qui n'a pas quitté son pays est plein de préjugés

Carlo Goldoni
Textes et photos sous licence CC BY-SA 4.0 License CC BU-SA 4.0